• dherbes-conseil@protonmail.com
Suivez nous :
Publications externes

[La Tribune] Bénin : un potentiel économique croissant

A cheval entre le golfe de Guinée et le Sahel, la Côte d’Ivoire, et dans une moindre mesure le Ghana, sont les deux locomotives économiques d’Afrique de l’Ouest. Ils sont aujourd’hui rattrapés par le Bénin, qui, fort de sa stabilité politique, est parvenu à mettre en œuvre un arsenal de réformes destinées à développer son économie .

Publications externes

[La Tribune] Mauritanie : les défis économiques de la locomotive sécuritaire du Sahel

La République islamique de Mauritanie est considérée aujourd’hui comme la locomotive sécuritaire du Sahel. Le pays est relativement stable et la politique de sécurité a porté des fruits objectifs. C’est un précieux atout pour l’opération Barkhane et la coalition pour le Sahel. Pourtant, les acquis sont fragiles et l’attractivité économique du pays reste à prouver.

Publications externes

[Marine&Océans] Préserver les pépites technologiques françaises !

La France protège-t-elle suffisamment ses entreprises et spécialement ses PME et ETI technologiques, au risque de laisser partir à l’étranger des pépites essentielles à la souveraineté du pays ? La question mérite d’être posée face à un phénomène que peinent à prendre en compte les élites politiques et économiques du pays.

Publications externes

[RT] Côte d’Ivoire : comment expliquer la stabilité post-électorale ?

Au delà des raisons de la réélection de Ouattara, la crise post-électorale prédite par certains observateurs n’est pas advenue, analyse Pierre d’Herbès, consultant en intelligence économique.

Publications externes

[Conflits] La Côte d’Ivoire : un enjeu sécuritaire pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel

Pays stratégiquement positionné entre le golfe de Guinée et le Sahel, la Côte d’Ivoire doit jouer un rôle pivot dans la sécurisation de la sous-région Sahel soumise à la déstabilisation de plusieurs groupes islamistes. Si le pays est soumis à de nombreuses menaces protéiformes et hybrides qui le fragilisent, on ne peut ignorer les progrès importants effectués depuis la fin de la guerre civile en 2011. Même si de sérieux facteurs de risques subsistent.

Publications externes

[Valeurs Actuelles] Cet or mauritanien qui finance le djihad au Sahel

L’Etat mauritanien peine à contrôler le marché noir issu de l’extraction artisanale d’or au nord-ouest de son territoire. C’est autour de 70% de la production qui quitterait le territoire tous les ans via les filières de trafic trans-sahéliennes, avance Pierre d’Herbès, consultant en Intelligence économique qui travaille notamment sur les enjeux sécuritaires dans le Sahel. Des filières qui collaborent, entre autres, avec les Groupes Armés Terroristes (GAT) assurant leur protection à travers la région.

Publications externes

[Conflits] Sécurité au Sahel : les Européens entrent dans la danse

Voilà sept ans que la France lutte militairement dans la bande sahélo-saharienne. Si certains pays européens sont présents de longue date à ses côtés, le dispositif Barkhane pâtissait de la relative timidité de ce soutien. Or, depuis le Sommet de Pau, cette tendance commence à s’inverser.

Publications externes

[Le Temps] Côte d’Ivoire : refonder l’armée pour consolider l’unité nationale

La fin de la guerre civile, qui a débuté en 2002 et s’est achevée en 2011 après l’éviction de Laurent Gbagbo, a débouché sur une refonte des forces armées ivoiriennes. Hétéroclites, divisées et peu fiables, les nouvelles forces ivoiriennes ont montré des failles profondes, qui ont culminé avec les mutineries de 2017. Reprises en main, dès lors, par le ministre de la Défense Hamed Bakayoko, qui cumule cette fonction avec celle de premier ministre depuis la semaine dernière, les armées ivoiriennes ont depuis multiplié les signaux de restructuration. Un bilan d’étape positif à la veille des élections présidentielles prévues pour la fin de l’année et qui seront décisives pour la stabilité régionale.

Publications externes

[Le Temps] Sommet de Nouakchott : rebâtir le Sahel (2/2)

Dans le contexte sahélien, aucun résultat militaire ne peut être pérennisé sans régler le problème à la racine, le terrorisme islamique étant plus une conséquence qu’un mal endémique dans des pays en proie au sous-développement institutionnel autant qu’économique. Des problématiques qui semblent sérieusement prises en compte par la Coalition pour le Sahel.

Publications externes

[Le Temps] Sommet de Nouakchott : non, la France ne s’enlise pas au Sahel (1/2)

Le sommet de Nouakchott s’est tenu le mardi 30 juin malgré la crise sanitaire persistante. S’il n’a pas débouché sur des déclarations fracassantes, il consacre les récents succès militaires et diplomatiques de la France pourtant abondamment pointée ces derniers mois pour son « isolement » et son « enlisement ».